Poème carré de 12

 

C’est par un jour de pluie à la fin du mois d’août

Alors qu’on commémore un Paris libéré

Dans la longue rue de Chevreul j’ai croisé Guy

Qui m’a dit c’est donc toi qui nous mets cette pluie

Parce que je disais en chantant qu’il est vrai

Que cette vie avance à façon d’une route

Parfois d’une déroute à battre la campagne

Il m’a dit va dire plus loin à la montagne

Ton sermon de dimanche moi je vais tranquille

Prendre un petit café plus journal dans la ville

C’est par un jour pluvieux sans éviter les gouttes

J’allais au marché parisien pour un béret

 

(Texte v334 dans un grancafé de ma ville en banlieuedeparis le dimanche 25 août 2013.)

Recueil Au Syllabier des jours